Initiative de la plateforme mondiale de rétablissement des moyens de subsistance et des paysages (GALLOP)

Anglais
Français
Portugais

29th Jun 2022 Événement de lancement du livre blanc d’Evedensia

14th Mai 2022 – Communiqué de la CCD COP-15 2022 Politique publique pour soutenir les partenariats entre paysages terrestres et marins
Avec: Eco-Agriculture Partners, Cornell University, Columbia University

Le défi

Les gouvernements, les ONG et les communautés pourraient utiliser des interventions systémiques et une structure de soutien pour développer des initiatives en faveur du bien-être des paysages et des personnes dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement durable (SDGs/ODDs). Cela n’est possible que par le biais d’une réforme des politiques, des institutions, des finances et de la RSE. Il s’agit désormais d’un impératif si nous voulons contribuer à la restauration à grande échelle des paysages et de la biodiversité afin de garantir des indices de développement humain uniformes et la disponibilité des ressources naturelles pour les générations futures. Cela peut être réalisé en offrant des options de subsistance créatives dans l’économie verte et les chaînes d’approvisionnement commerciales. Ce n’est qu’alors que nous pourrons atteindre les ODD à grande échelle pour les masses, tout en aidant à inverser la dégradation actuelle des paysages et le changement climatique, et en contribuant aux contributions déterminées au niveau national (NDCs/CDNs)! Les mesures prises dans ce sens contribueront directement à la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030 (voir la résolution A/RES/73/284 des Nations unies).

Naissance et développement de l’initiative

En tant que catalyseur de la conservation et ambassadeur de bonne volonté du projet Tiger de l’Inde pour une conservation décennale de plusieurs millions de dollars, une initiative de transformation du paysage, financée par le gouvernement, – pour la réinstallation volontaire des forêts dans les villages, les gens vers la société civile ont fourni de nombreuses informations. Parmi eux, le progrès communautaire, la régénération du paysage et la prolifération de la biodiversité conduisent à l’amélioration du microclimat et de l’indice de développement humain de la région. Cela a directement profité à plus de 1 600 familles / 6 000 individus dans leur progression tout en offrant des informations précieuses sur les mécanismes de développement durable contribuant à améliorer les ODD et NDC locaux. Il a fourni aux communautés des réalisations et des expériences positives dans leur cheminement vers un avenir meilleur. Ce succès humain a été essentiel pour aider à la récupération naturelle dans de vastes zones des 1300 km2 du parc national. Avec le temps, les interventions terrestres ultérieures ont contribué à la restauration de la flore, de la faune et de la biodiversité (restauration des forêts et des paysages – FLR), doublant finalement le nombre de tigres de l’État en raison d’une augmentation de la qualité de l’habitat et de la base de proies. Le programme a été structuré et exécuté comme un partenariat multipartite entre les institutions gouvernementales nationales et étatiques, les services publics/recettes et forestières tout en travaillant avec les communautés/la société civile, ce qui en fait un cas parfait de gestion intégrée du paysage – ILM. En mettant en œuvre une gouvernance structurée et des mécanismes de contrôle pour fournir des subventions, des installations et des infrastructures à ces familles réinstallées, leur indice de développement s’est régulièrement amélioré au fil du temps. Toujours dans le cadre du symposium sur le paysage de l’Inde centrale discutant des questions liées au paysage, avec une formation en réforme des politiques nationales, le souhait d’influencer la politique en matière d’ILM, puis d’explorer des voies pour faire participer des parties prenantes privées et la responsabilité sociale des entreprises (CSR/RSC) est devenue un objectif évolutif. . Le résultat de mon travail et de mes apprentissages dans les entreprises, les organisations non gouvernementales et les gouvernements a donné l’intention de travailler à un programme pour la plateforme de récupération des moyens de subsistance et du paysage et de tirer parti des apprentissages mondiaux, et donc de cette initiative – GALLOP.

L’objectif de l’initiative est d’assimiler la réflexion et de l’étendre à des programmes préexistants plus vastes pour intensifier les partenariats multipartites (MSP’s) pour l’ILM, les ODD et les NDC en définissant des normes, une conception institutionnelle, des notes d’orientation et des modèles systémiques / cadres pour aider le Défi de Bonn et au-delà. Pour souligner l’ampleur des changements nécessaires à la restauration – ce défi vise la restauration du paysage sur 350 millions d’hectares d’ici 2030, mais les engagements à la mi-2022 sont de 210 millions d’hectares !! L’UNCCD cible les besoins mondiaux de restauration à environ 5 milliards d’hectares d’ici 2050. Il est évident que nous avons encore du chemin à faire !!! Par conséquent, les agences mondiales et les gouvernements nationaux ont un rôle clé à jouer pour déployer des cadres politiques nationaux et infranationaux afin d’atteindre les ODD et les NDC en vue de l’agenda 2030 et de l’objectif 2050 de l’ONU. Alors même que nous nous précipitons pour relever le défi de Bonn, notre trajectoire de croissance en matière de restauration des forêts et des paysages (FLR) doit être 14 fois supérieure à l’objectif du défi !! Nous (avec les partenaires ci-dessus) avons l’intention de rassembler des preuves et de proposer des approches modèles pour les cadres politiques et la conception institutionnelle dans plusieurs secteurs de gouvernance tout en supprimant les redondances et les manifestations non productives dans la politique existante. Ce n’est qu’alors que l’ILM et les LP pourront garantir la participation de la communauté, des parties prenantes privées et de la responsabilité sociale des entreprises à grande échelle.

Aller de l’avant

L’ADN de l’initiative elle-même se veut collaborative. Il faudra une évolution des meilleures pratiques et une validation de l’approche/du modèle au sein des programmes paysagers existants via les expériences des partenaires. Des exemples de tels programmes sont The Restoration Initiative du Fonds pour l’environnement mondial et d’autres (GEF, FAO, IUCN, UNEP), Restoration Initiative du WRI, The 1000 Landscapes for 1 Billion people présidé par EcoAgriculture Partners, et d’autres. Depuis la fin de 2020, GALLOP avec EcoAgriculture Partners, Cornell et Columbia Universities, a joué un rôle déterminant en tant qu’équipe dans la sensibilisation pour faire avancer cela avec plusieurs parties prenantes vers le livre blanc ci-dessus. Les prochaines étapes nécessiteraient des évaluations d’études de cas d’interventions gouvernementales réussies dans l’arène politique pour faciliter l’élaboration de modèles de politique publique et d’approches modèles. Une fois cet objectif atteint, il pourrait alors être examiné par rapport à tout futur plan-cadre politique par un gouvernement national ou infranational. De telles pratiques doivent être présentées à un consortium d’organisations de restauration des terres, de partenariats de paysages et de paysages marins (LP’s). Par la suite, examen/commentaires détaillés avec des fondations subventionnaires/de financement ayant une expérience de financement de projets pour les modèles de politiques et de programmes développés. Après délibérations et ajustements sur tous les aspects, il peut ensuite être semé vers une MEILLEURE PRATIQUE ILM aux gouvernements / ONG / RSE pour inclusion dans leur politique. Des présentations à des organismes internationaux tels que le FEM, l’USAID, le PNUD, le PNUE, la FAO, l’UICN, le HLPF des Nations Unies sur les SDG, la Banque mondiale et d’autres organisations faciliteraient la validation et les corrections de cap pour plus d’efficacité. Des exercices holistiques et inclusifs pour le développement et la restauration peuvent créer une synergie pour atteindre les objectifs fixés par les agences mondiales.

Ce n’est que lorsque les LP, les communautés et les agences gouvernementales commenceront à adopter ces meilleures pratiques au cours de la prochaine décennie que les impacts et les gains pourront être réalisés. Nous devons atteindre une trinité de, – 1. soutien à long terme par les gouvernements nationaux et territoriaux dans la politique, les finances, les institutions et d’autres moyens souhaités, 2. structures de soutien et sensibilisation par les gouvernements locaux pour les KPI prédéfinis pour les modèles de politique définis , et 3. un leadership volontaire se développant au sein des communautés au niveau du sol pour utiliser tout cela pour leur bien-être et leurs moyens de subsistance – en travaillant pour la récupération et la durabilité du paysage.

L’initiative GALLOP a l’intention de travailler spécifiquement à la construction de telles approches et modèles politiques qui peuvent évoluer pour illustrer les subtilités pour et par les partenariats multipartites (MSP’s) en tant que meilleures pratiques pouvant être adoptées par les LP et les communautés.

Ces “meilleures pratiques peuvent ensuite être déployées à travers différentes couches d’institutions pour donner une apparence uniforme aux activités tout en encourageant le leadership volontaire au niveau communautaire”. Cela permettra des solutions in situ sur mesure et des personnalisations basées sur le paysage, les compétences de la communauté et les facteurs climatiques. Le voyage devrait impliquer de s’appuyer sur les meilleures techniques, les méthodes organiques, la colonne vertébrale des systèmes et les modèles d’institutionnalisation. L’agro-technologie peut ensuite être utilisée pour créer des réseaux et créer des chaînes d’approvisionnement du marché afin d’apporter des gains économiques équitables aux communautés. Avec le temps, lorsque cela se maintiendra, les paysages se rétabliront au profit des communautés et reconstruiront leurs relations terrestres qui ont été perdues.

Ces approches ascendantes présentent des défis par rapport aux dépenses sectorielles descendantes traditionnelles des gouvernements, comme le souligne le livre blanc. Mais nous avons vu des graines de succès et nous devons suivre cette voie en recueillant des preuves et en développant des modèles politiques.

La réflexion et l’approche participative de l’initiative GALLOP en matière de politique et de RSE peuvent-elles être une voie à suivre ? Une approche clé consiste à faire avancer le programme ILM via les LP, et les moyens de subsistance dans l’économie verte via des structures décisionnelles ascendantes dans la politique. Bien que le résultat reste à voir, il s’agit du travail le plus critique à accomplir pour nous tous en tant que citoyens du monde si nous voulons assurer l’avenir de notre planète et de ses habitants… !

Sommaire exécutif ↓ (Anglais)

Le Défi de Bonn de 2011 a été une décision historique pour la restauration du paysage mondial. En conséquence, beaucoup d’excellentes initiatives ont été lancées pour aider à restaurer des millions d’hectares de terres. Au cours de la dernière décennie, d’excellents travaux ont été réalisés et les collaborations paysagères souhaitent désormais intensifier les efforts non pas à une échelle linéaire mais à des multiples de dix à cent. C’est une évolution encourageante.

Une initiative d’une telle complexité implique de multiples parties prenantes, chacune apportant ses compétences essentielles, et après avoir construit des interfaces et des collaborations appropriées, l’équipe peut alors faire une différence dans le paysage au fil du temps. La dégradation des paysages réduit également leur capacité à soutenir les communautés et les pousse à migrer vers d’autres régions à la recherche de meilleures conditions de vie. Cette situation crée un double déséquilibre, en ce sens qu’elle supprime la capacité humaine à influencer positivement le paysage au premier endroit et crée une pression excessive au second. Les communautés déplacées et les paysages dégradés sont confrontés à différents types de défis par la suite en termes de qualité de vie et de capacité à se régénérer, réduisant ainsi leurs ODD’s.

Si nous pouvons travailler sur une solution combinée de manière à ce que les communautés puissent directement travailler à la récupération de leurs paysages et à leur prospérité, cela semble être un rêve utopique. La bonne nouvelle, c’est que beaucoup de choses se passent dans des endroits du monde entier et si nous pouvons aider à faire converger ces deux éléments dans chaque initiative paysagère, ce sera la meilleure chose à faire pour soutenir le Défi de Bonn. Cette initiative de plateforme est précisément conçue pour aider à atteindre cet objectif – apporter une convergence et une collaboration entre les parties prenantes, puis ajouter une échelle à l’opération globale. C’est une initiative mondiale et les principes peuvent être appliqués partout en tenant compte des conditions locales. Notre proposition initiale concerne, pour commencer, le centre de l’Inde. Étant donné nos penchants combinés là-bas, nous sommes motivés pour aider à apporter un véritable bien-être aux paysages partout dans le monde en utilisant cette stratégie et cette approche. Ainsi, aider les communautés à construire leurs moyens de subsistance via la restauration du paysage est un choix évident pour les véritables parties prenantes, c’est-à-dire atteindre les objectifs de développement durable en travaillant sur les CDN. Nous proposons ici une configuration où la clé est l’autonomisation de la communauté pour garantir des avantages durables du paysage pour leur bien-être à long terme.

This image has an empty alt attribute; its file name is tom.jpg
Du modèle opérationnel traditionnel (TOM)

Comme le montre le schéma du modèle opérationnel traditionnel (TOM), le processus commence par la compréhension et la mise en place d’une approche visant à renforcer la capacité des communautés à contribuer à la restauration de leur paysage, avant de faire appel à divers partenaires de mise en œuvre pour l’aider à se développer. La méthodologie fonctionne de bas en haut en abordant les défis et les contraintes liés au paysage et aux communautés villageoises. Tout soutien et toute assistance nécessaires qui ne relèvent pas de leur compétence ou de leur capacité sont transmis à la partie prenante appropriée pour une intervention adéquate. Tout ceci, via des recommandations systémiques à chaque niveau, aboutit finalement à des suggestions de politiques. Il s’agit de prendre les décisions sociopolitiques, économiques et commerciales appropriées en vue de la réalisation d’un programme de SDG / NDC. Les principales différences de l’approche sont les suivantes

  • le travail avec les gouvernements locaux pour la convergence de tous les programmes existants et les dépenses d’investissement disponibles pour les bénéfices de la communauté et du paysage,
  • l’autonomisation des communautés par le biais de ce qui précède et l’augmentation de l’échelle dans les paysages,
  • faire appel à des organismes privés de RSE et de mise en œuvre pour assurer la liaison avec toutes les parties prenantes et aider la communauté à gérer son exploitation paysagère,
  • les trois éléments ci-dessus garantissent un retour sur investissement efficace et un rendement maximal pour les communautés,
  • elles peuvent ensuite impliquer d’autres partenaires scientifiques et institutionnels pour aider à combler les lacunes vers une stratégie d’exécution plus large et à long terme,
  • essentiellement si tout ce qui précède est laissé à la seule communauté, les chances de succès sont difficiles étant donné les défis et le temps qu’un tel effort prend pour produire des résultats,
  • si une initiative est mise en œuvre sans la participation de la RSE privée ou de partenaires techniques/scientifiques, la charge qui pèse sur le gouvernement local devient trop lourde. L’applicabilité et l’échelle d’exécution deviennent alors difficiles à atteindre,

tout ceci doit être exécuté de manière structurée via l’accès à une base de connaissances, l’accès aux systèmes appropriés est nécessaire pour les informations spatiales qui doivent être construites,

·       Tout cela peut sembler complexe, mais la CLÉ est de commencer par l’atténuation, l’adaptation et la restauration des terres à grande échelle (et l’amélioration de l’agriculture) par les communautés locales elles-mêmes pour les multiples avantages qu’elles offrent aux ODD et aux CDN. Si cela peut être soutenu par la politique gouvernementale, l’adaptation et le financement de la RSE, l’entreprise privée et l’inclusion de la société civile, ce sera un grand pas en avant pour aider à donner de l’ampleur à l’adaptation au climat et à la restauration des terres, contribuant directement aux ODD. Une fois que cela sera en cours, d’autres facettes du développement durable et de la GIP pourront être entreprises au profit de la communauté pour atteindre l’agenda 2030 et l’objectif 2050.
 
Les innovations en matière de politique, d’institutions et de financement seront importantes pour tout cela!

Le Covid-19 touche durement les communautés rurales et marginales, ce qui renforce notre détermination à avancer rapidement. Comme le dit le proverbe : ” Toutes les bonnes choses commencent petit ” et ” Toutes les bonnes choses prennent du temps ! La clé est de se rassembler, de réunir toutes nos meilleures pratiques et de COLLABORER ! Le résultat reste à voir!

AVANT-PROPOS

Bhushan H. Sethi

Ambassadeur de bonne volonté et catalyseur de conservation – Govt. du Rajasthan, dans le cadre du projet indien Tiger

Catalyseur de la conservation et membre, Réseau pour la conservation de l’Inde centrale

Fondateur, MAI Consulting Services, États-Unis

bsethi@gmail.com / +1.732.636.2953

BONJOUR LE MONDE !

C’est le message que j’utilisais comme écran au début des années 90, lorsque j’apprenais la programmation informatique. Au fil des années et des décennies, avec chaque nouvelle expérience et chaque nouveau chapitre de la vie, ce message reste très pertinent. Plus encore aujourd’hui qu’à toute autre époque de notre mémoire.

COVID-19 est répandu jusqu’à présent depuis 2020. Le temps semble maintenant s’écouler rapidement et beaucoup d’entre nous réfléchissent au comment, au pourquoi et au futur de notre monde tel que nous l’avons connu. Regarder les événements dans un esprit positif devrait être la voie à suivre, mais le prix payé par les communautés à travers le monde n’est pas facile à comprendre en termes de vie elle-même et de difficultés endurées. Nous sommes solidaires de tous nos frères dans le monde et souhaitons que la pandémie prenne fin.

D’un autre côté, nous avons eu le temps de nous demander ce que chacun d’entre nous pourrait mieux faire. Et surtout, que pouvons-nous faire pour nous assurer que cette catastrophe et d’autres calamités liées au changement climatique, qui réduisent la qualité de vie, ne retombent pas sur nos enfants et les générations futures. La réalité et le constat sont effrayants, à tel point qu’il n’est pas facile de s’y attarder. Toutefois, compte tenu de l’esprit humain indomptable qui anime notre espèce, nous allons l’emporter et tenter de reconstruire en mieux !

Nous avons eu la chance de bénéficier d’un système éducatif pluridisciplinaire et d’être largement exposés aux arts et au monde naturel. La connexion avec ce dernier nous permet de garder les pieds sur terre, nous nous y abandonnons dans les moments de stress, car c’est le lien suprême entre nous et le créateur. Le temps est venu de s’arrêter, de réfléchir, d’introspecter et de rendre à la nature en contribuant à restaurer ce que nous avons dessiné au fil des décennies. Alors que la population mondiale atteindra 10 milliards d’habitants en 2050, il devient de plus en plus important d’utiliser pleinement les ressources et d’aider la terre à se rétablir.

Personnellement, j’ai suivi une progression naturelle après avoir passé près de trois décennies dans le domaine de la faune sauvage, grâce à des interactions avec la National Geographic Society et à des voyages sur le terrain à travers les continents. J’ai commencé à travailler dans le monde de l’entreprise à l’âge de 21 ans, ce qui m’a permis de découvrir certaines des meilleures pratiques en matière d’ingénierie, de gestion et de normes internationales. Cela m’a naturellement inculqué le concept de durabilité dans tout ce que je fais. Une bonne exposition à des domaines de travail non professionnels tels que la réforme politique au Capitole et à la Maison Blanche pendant les années de la présidence Clinton, puis la dernière décennie en tant qu’ambassadeur de bonne volonté pour le projet Tiger en Inde, ont alimenté mon désir de contribuer à la durabilité des moyens de subsistance et à la restauration du monde naturel en influençant la politique mondiale. Quoi de mieux que d’aider à collaborer à la restauration du bien-être dans les paysages. C’est d’ailleurs là que tout a commencé ! Il est nécessaire de former une bonne base de compréhension de la restauration et de la durabilité des moyens de subsistance et des paysages pour aider les gouvernements à élaborer des politiques solides. C’est tout à fait possible, nous devons faire preuve de rigueur, partager, puis mettre en œuvre judicieusement.

L’initiative de la plateforme est le fruit de notre travail avec d’éminents collègues issus du monde universitaire, des gouvernements, des organisations non gouvernementales, des partenaires mondiaux et des institutions, afin de contribuer à la mise en œuvre de cette stratégie dans tous les paysages du monde. Enfin, à l’approche de l’année 2020 et de l’Agenda 2030 des Nations Unies, il est absolument nécessaire d’apporter un effet multiplicateur important à l’ensemble du processus d’aide aux ODD par le biais de l’amélioration des moyens de subsistance et de la restauration des paysages à grande échelle / NDCs. Compte tenu de notre travail en Inde centrale, nous essayons de travailler et de documenter une stratégie globale pour les approches locales. Elle pourra ensuite être utilisée dans d’autres endroits par d’autres agences de mise en œuvre. Nous nous réjouissons de collaborer et d’aider à guérir les paysages du monde pour maintenir des populations et une biodiversité saines – un objectif partagé par les trois conventions des Nations unies.

MERCI !

Avant-propos de Ruth S. DeFries

Professeur de développement durable, Columbia University, New York

Doyen cofondateur, Columbia Climate School, New York

Co-fondateur, Réseau pour la conservation de l’Inde centrale

Tout le monde sur cette planète vit dans un paysage, mange des aliments cultivés dans le sol et boit de l’eau dont le cycle va du ciel à la Terre et inversement. Des paysages sains sont synonymes de personnes en bonne santé, que vous viviez dans une ville ou un village. Nous devons prendre soin de cette infrastructure de base pour qu’elle puisse prendre soin de nous. Le moment est venu. Il y a partout des paysages qui pourraient apporter à ses habitants une plus grande prospérité et un meilleur avenir pour leurs enfants pendant que la nature guérit. L’approche est audacieuse et rompt avec le statu quo.

Le plus grand honneur de ma vie est la chaleur et l’accueil de ma famille, de mes amis et de mes collègues dans mon voyage pour apprendre à connaître les gens, l’écologie et les problèmes apparemment insolubles du centre de l’Inde. La richesse de la beauté et la profondeur de l’histoire et des connaissances font que le voyage restera toujours inachevé. Mais le simple apprentissage ne suffit pas.  Grâce à un effort collectif, l’apprentissage peut mener à l’action et l’action peut mener à des paysages plus sains et à de meilleures opportunités pour les personnes incroyables et la nature merveilleuse de cette partie spéciale du monde.  Le monde regorge d’endroits et de paysages spéciaux qui peuvent guérir et fournir des soins si nous leur en donnons la chance.

Aucune personne ou entité ne dispose des connaissances et des capacités nécessaires pour s’attaquer seule à l’objectif complexe de la restauration des paysages. L’effort englobe tous ceux qui ont un intérêt dans le résultat, de l’agriculteur local aux femmes qui collectent les produits forestiers, en passant par les administrateurs, les ONG, les gouvernements, les scientifiques et les sympathisants. Ce document est l’une des nombreuses étapes sur la voie d’un monde plein de paysages dynamiques qui donnent à la nature la possibilité de fournir à chacun nourriture, eau, réconfort et paix.